Les enfants perdus de Calcutta

C’était notre présentation du mardi 11 juin
Alain Gomez et Michelle Charrondiere sont venus nous présenter:

Lost in Kolkata / Perdus à Calcutta

un film de 54 minutes d’Alain Gomez, tourné en 2018

 

Chaque enfant perdu à Calcutta a une histoire.

A Calcutta, des milliers d’enfants vivent dans la rue. Ils se sont perdus, ils ont été abandonnés, ils ont fui leur famille ou leurs ravisseurs.

Ils vivent seuls ou en bandes, le plus souvent dans les gares.


Le gouvernement indien et les ONG s’emploient à lutter contre ce fléau.

23 enfants d’Ashalayam on participé au tournage.

Plusieurs de ces enfants se confient. Ils nous invitent à en savoir davantage sur leur parcours et sur plusieurs problématiques socioculturelles de l’Inde d’aujourd’hui.

Aprés le film, questions/réponses:

 

avec Alain

 

et  Michelle, les réalisateurs

Christine Gaud, présidente d’ASA,

Iris Schukraft qui a séjourné à Calcutta il y a 4-5 ans,

et Christel Barthes, ici sur le stand de l’ASA, qui propose des articles confectionnés par les jeunes filles de l’un des foyers .

Christel est joignable à tout moment pour d’autres achats ou parrainages au 06 87 68 15 14 ou le site de l’ASA :

Association de Soutien à Ashalayam

Les foyers de l’espoir

 https://fr-fr.facebook.com/associationdesoutienashalayam/

https://ashalayamfrance.org/

 

 

Islande

C’était la soirée mensuelle d’ABM du mardi 21 mai :

l’Islande

par Walther et Myriam

Ils sont tous deux passionnés de voyages et de photo, d’ailleurs les deux photos ci-dessous ont été lauréates de notre dernier concours :

« Après une longue route qui épouse les contours tortueux d’un fjord, nous sommes arrivés à destination tout excités d’aller découvrir la colonie de macareux qui niche sur l’île. Avant  cela, nous nous nous sommes baignés dans de petites piscines d’eau chaude aménagées sur la digue face au fjord et alimentées par une source naturelle. Nous avons avalé notre pique-nique préparé le matin même, avant d’embarquer sur un modeste bateau de pêcheur pour une petite traversée sur une mer agitée. Nous passerons trois heures avec une myriade d’oiseaux, dont les macareux, stars de l’île de Grimsey. »

 

Magnifique Ethiopie

Hier 11 avril, Patrice et Claude nous ont fait revivre leurs voyages en Ethiopie par de sublimes photos.

Leur premier voyage fut consacré aux volcans: des chaudrons de laves de l’Erta Ale dans le désert du Danakil aux couleurs surréalistes à Dallol.

Le deuxième voyage fut nécessaire pour visiter ce pays parmi les plus peuplé d’Afrique et qui recèle de magnifiques paysages.

Dans un diaporama soigné, nous découvrons les multiples joyaux d’Abyssinie : le Parc de Simien où l’on rencontre le singe gelada, le loup d’Abyssinie, les nombreuses espèces d’oiseaux, Gondar, les chutes du Nil Bleu, les églises troglodytes de Lalibela.

Patrice a ensuite répondu aux questions de l’assistance fournie ce soir-là.

 

Merci Claude et Patrice,

Revenez quand vous voulez nous faire réver à une autre de vos découvertes !

Sur les routes d’Éthiopie

Jeudi 11 avril à 20H

Sur les routes d’Éthiopie avec Claude et Patrice

Entre nature et religion

 

Gheralta, dans le Tigray (Nord-Est de l’Éthiopie)

Un prêtre

Simien, un parc national d’Éthiopie  inscrit  sur la liste du patrimoine mondial.

La cérémonie du café

 

Géladas. Un primate de la famille des cercopithécidés. Cette espèce vit sur les hauts plateaux herbacés d’Ethiopie.

 

Le Nil Bleu

 

Dallol

 

Volcan…

Que des belles photos:  attention, Patrice est un perfectionniste !

A bientôt avec Claude et Patrice.

Florence Archimbeau nous a emmené au CAP NUIT

Mardi 19 mars Florence nous a fait découvrir un nouveau pays à visiter:

 la nuit polaire

Florence  et Sylvie sont deux amies qui voyagnent ensemble et n’ont pas froid aux yeux. Elles ont fait le tour du monde en vélo pendant 5 ans, puis Dijon – Compostelle aller-retour à pieds, Hokkaido à vélo pneux clous  en hiver, …

Une autre entreprise folle et impossible?

Florence et Sylvie relevent le défi. Et leur dernière expédition -la plus engagée- fut d’aller s’immerger totalement au delà du cercle polaire arctique, lorsqu’en hiver, la nuit se prolonge.

Dans cette nature rude et hostile elles ont expérimenté physiquement ce que que nos voisins nordiques vivent chaque année: la nuit polaire.


Au delà du cercle polaire arctique, lorsqu’en hiver, le soleil reste sous
l’horizon, l’obscurité mêle terre et ciel. C’est la période de nuit polaire. Mais qu’est-elle vraiment? Que savons-nous d’elle ?
A travers une expédition engagée de 500km à ski et pulka, Sylvie et
Florence se sont frottées à l’étrange et fascinante ambiance de la nuit polaire.
Cap Nuit, c’est la traversée d’un moment plus que celle d’un lieu.

C’est redécouvrir le ciel et la nuit.

C’est un message sur une pollution oubliée, la pollution lumineuse.

C’est un univers et une aventure, à part.

Merci Florence  pour ce moment qu’on a passé bien au chaud à revivre un peu cette traversée de la nuit.

Cap Nuit a été sélectionné au Festival des Ecrans de l’Aventure de Dijon 2018.

Plus d’infos:

PiedsPlumes

Carnet de Route en Equateur

Jeudi 14 février, quatre sympathiques membres du club alpin du Pays de Gex

sont venus présenter leur voyage:

Carnet de Route en Equateur

organisé par et pour les jeunes du CAF

Eloïse Jenninger nous raconte ce voyage réalisé en juillet 2018 :

Nous commençons véritablement notre expédition à Guangaje, village perdu à 3845 m d’altitude, nous aidons et nous rencontrons les habitants, la plupart du peuple Quechua.

Tout au long de la semaine, nous aurons aidé à construire une maison, à ramasser des pommes de terre, à approvisionner en eau et en nourriture des familles…

Mais ce que nous retiendrons de cette expérience, ce sera surtout les sourires échangés : pas besoin de parler la même langue. Ces cinq jours dans le village de Guangaje resteront gravés en nous.

Nous visitons ensuite la capitale de l’Équateur : Quito. Son marché et ses nombreux monuments historiques, le tout dans une chaleur intense.

Au cours de l’expédition et même bien avant, nous nous étions préparés physiquement et mentalement, en réalisant en Europe des sommets de plus en plus élevés tel que le Bishorn, et l’aiguille du Tour et ici en Equateur le Ruccu Pichincha 4794 m et l’Illiniza norte 5116 m pour ceux qui n’avaient pas le soroche (Le mal des montagnes).

La fin du voyage se fait sentir lorsqu’arrive l’ascension du Cotopaxi, un sommet à quelques 5900m.

Nous sommes montés au refuge de jour. Puis à minuit, c’est l’heure du départ avec comme objectif : la « cumbre » du Cotopaxi. Nous avançons pendant deux heures environ, et il est alors temps de s’équiper et de s’encorder : crampons, piolet, pour partir à l’assaut du glacier.
Sur une soixantaine de personne parties du refuge, personne ne fera le sommet ce jour-là. Seule une dizaine ont persévéré après le glacier. Le brouillard, le vent violent, la neige qui fouette le visage.

C’est cela aussi la montagne : Penser au retour, sentir et évaluer ses limites… Cela peut parfois être très frustrant mais dans tous les cas, nous pouvons être fiers de nous.

Pour terminer ce voyage en beauté, une visite de la foret de nuage, s’impose, avec guide local bien entendu.

Et découverte des spécialités chez les habitants du village.

Au retour, des larmes coulent sur les joues pour pleins de raisons qui se mélangent. Chacun a réalisé que cette expédition était encore une charnière de plus vers une transition, quelle qu’elle soit.

Ils ont ensuite répondu aux questions de l’assistance:
et puis ont eu droit au buffet habituel

Alléchant !

Pour en savoir plus:  Le site du CAF

 

Le fleuve Sénégal sur le Bou el Mogdad

L’année 2019 a commencé le mardi 22 janvier pour la première soirée ABM Léman avec Uli qui nous a présenté:

Le fleuve Sénégal  sur le Bou el Mogdad

En 2014 Uli passe un peu de temps au Sénégal pour enseigner dans une école de physique.

A la fin de son séjour il prend quelques jours de vacances  et recherche à Saint-Louis les traces des aviateurs célèbres qu’étaient Jean Mermoz et Antoine de Saint-Exupéry. Ces pionniers de l’aéropostale qui risquaient leurs vies pour apporter le courrier depuis Toulouse.

C’est là qu’il découvre un bateau de croisière pas comme les autres, le Bou el Mogdad, qui propose la remontée du fleuve Sénégal, axe de communication et fleuve frontière entre Mauritanie et Sénégal .

Malheureusement les dates de la croisière ne convenaient pas et c’est quatre ans plus tard qu’une deuxième chance se représente. Uli ne rate pas cette nouvelle occasion !

La présentation raconte ce voyage sur le fleuve Sénégal, l’histoire du Bou el Mogdad,  mais aussi  les fous de l’aviation, les comptoirs français et la vie au Sénégal aujourd’hui.

Bonne Année 2019 !

Bonjour,

Nous espérons que vous avez passé de très belles fêtes de fin d’année. Nous vous présentons tous nos vœux de bonheur, de joie et bien sûr pleins de nouveaux voyages  !

 

Nous commençons l’année mardi 22 janvier à 20H avec Uli qui nous présente:

Le fleuve Sénégal  sur le Bou el Mogdad

 

En 2014 Uli passe un peu de temps au Sénégal pour enseigner dans une école de physique.

A la fin de son séjour il prend quelques jours de vacances  et recherche à Saint-Louis les traces des aviateurs célèbres qu’étaient Jean Mermoz et Antoine de Saint-Exupéry. Ces pionniers de l’aéropostale qui risquaient leurs vies pour apporter le courrier depuis Toulouse.

C’est là qu’il découvre un bateau de croisière pas comme les autres, le Bou el Mogdad, qui propose la remontée du fleuve Sénégal, axe de communication et fleuve frontière entre Mauritanie et Sénégal .

Malheureusement les dates de la croisière ne convenaient pas et c’est quatre ans plus tard qu’une deuxième chance se représente. Uli ne rate pas cette nouvelle occasion !

La présentation racontera ce voyage sur le fleuve Sénégal, l’histoire du Bou el Mogdad,  mais aussi  les fous de l’aviation, les comptoirs français et la vie au Sénégal aujourd’hui.

 

et aussi, n’oubliez pas le concours de Photos de Voyages. Vous avez jusqu’au 31 janvier pour envoyer vos 3 plus belles photos de vos voyages effectués durant l’année 2018 à l’adresse suivante:  abm.leman@gmail.com.

Vous pourrez voter lors de cette soirée de février. Les résultats seront annoncés après la présentation.

AMAZONIA !

mardi 18 décembre 2018 Anaïs Bajeux nous a présenté 

Un film qu’elle a autoproduit et réalisé

« L’Amazonie joue un rôle important dans la régulation du climat mondial.

Déforestation et changement climatique sont intimement liés et mettent en péril les dernières civilisations dépendantes de ce patrimoine naturel.

À l’heure où il devient critique pour notre planète de changer notre mode de vie et de consommation, nous avons voulu comprendre l’impact de nos activités humaines sur les communautés traditionnelles indigènes.

Nous nous sommes envolés en Juin 2013 vers le Brésil pour six mois de voyage, afin de réaliser un documentaire autoproduit témoignant cette réalité autochtone méconnue. »

Dans ce film Anaïs nous raconte sa démarche par laquelle elle est allée voir et comprendre elle-même les problematiques de l’Amazonie.

Clairement expliquées et documentées, la déforestation, les grands barrages, l’orpaillage ont des conséquences  sur les écosystèmes et les gens qui vivent là-bas.

Nous comprenons donc que chacun de nos actes ou de nos achats a des répercussions à l’autre bout de la planète.

La genèse du projet est expliquée sur le site :

https://latribudessauvages.fr/projets/le-docu-et-la-genese/

Page facebook du projet: facebook.com/VoyageEnTerresIndigenes

Et puisque les états et les acteurs économiques restent sourds à ces multiples cris d’alarme, soutenons les associations.

 

Merci Anaïs pour ton engagement !

 

Et pour finir cette année 2018

au nom d’ABM Léman, nous vous souhaitons de bonnes Fêtes !